Derniers résultats

Classement coureurs

Classement FFV 2018
 
Palmarès 2005-2017

Classement clubs

Classement FFV 2019
 
Classement FFV 2018
 
Palmarès 2006-2017


L'Histoire de la Classe Marblehead

1- Naissance du Classe M

Tout au long des ann√©es 20 le club de Marblehead, dans le Massachusetts(c√īte Est √† cot√© de Boston) √©tait un cas √† part dans le cercle des¬†voiliers mod√®les, puisqu'il √©tait assez important (70 membres en 1930) pour soutenir ses propres classes. La classe locale la plus populaire √©tait celle d√©finie par l'architecte naval bien connu L. Francis Herreshoff : 450 pouces carr√©s de secteur de voile et aucunes autres restrictions.


L'image ci-dessus montre une flottille de 450's
sur l'étang de Redd à Marblehead vers la fin des années 20.

La classe 450, comme d'autres classes sans restrictions, m√®ne √† des forme longues et √©l√©gantes avec des allongements extr√™mes. Le plan ci-contre, dessin√© par C.W. SWEET, montre un 450 typique : LWL 30.5inc, LOA 39, d√©placement seulement 4.5 livres. En 1930 RoyClough, alors commodore du club, a propos√© une nouvelle classe de bateaux plus grands. La premi√®re r√©f√©rence publi√©e que nous ayons est dans le N¬į de octobre/novembre 1930 de Model Yachting. La classe 450 a √©t√© si populaire, avec tant de bateaux r√©gatant √† Marblehead, qu'une classe de bateaux plus grands a √©t√© cr√©e. Ces bateaux doivent √™tre de 50 pouces au pont. Au d√©but on lui a propos√© de porter 700 sq inc de voilure, mais apr√®s un essai √† 795 il a √©t√© question d'augmenter la voilure jusqu'√† 900 ou 1000 lors d'une r√©union du club. 


Un plan datant de cette époque

Le r√©sultat, naturellement, fut que la surface de voile a √©t√© fix√©e √† 800 sqinc et ainsi la classe la plus populaire dans l'histoire de la voile mod√®le est n√©e. Appel√© indiff√©remment ¬ę Marblehead, ¬Ľ ¬ę 50/800, ¬Ľ ou classe ¬ę M ¬Ľ, il y eut en peu de temps plus de 1000 bateaux enregistr√©s. La classe est devenue une classe nationale aux √Čtats-Unis en 1932 et une classe internationale en 1937. Il y avait beaucoup de raisons √† sa popularit√© : la taille du bateau √©tait bien adapt√© pour la navigation dans toutes les conditions de vent et assez petite pour tenir sur la banquette arri√®re d'une voiture. La simplicit√© des r√®gles contrastait avec les autres classes de l'√©poque, qui exigeaient des mesures extensives pour d√©terminer si un bateau √©tait l√©gal.


Un des premiers Marblehead de M, par Roy Clough

En 1936, Roy Clough a écrit comment l'idée de cette classe lui est venue :

"Je voudrais maintenant vous raconter comment cette classe a vu le jour. L'id√©e de construire un bateau de cette taille m'est venue soudainement un dimanche matin alors qu'il y avait √† mon club une r√©gate de vieux 450 pouces carr√©s. Regardant dehors sur l'√©tang, je fus d'un seul coup conscient que bien que la classe ait √©t√© limit√©e √† 450 pouces carr√©s de voile nous avions des bateaux tr√®s disparates. Des bateaux de toutes les tailles, de 30 √† 45 pouces de long ; quilles r√©guli√®res, quilles aileron, gouvernails de direction surplombants, et des largeurs de cinq √† dix pouces, le tout appartenant √† la m√™me classe ! Je suis rentr√© √† la maison ce dimanche matin et ai dessin√© mon bateau de r√™ve coque et plan de voilure sur une vieille porte de grange. Les diff√©rents membres du club sont venus pour la voir et ont √©t√© tr√®s favorables. Aussit√īt apr√®s l'avoir dessin√©e sur le papier et avoir construit le bateau, l'int√©r√™t a commenc√© √† augmenter, et rapidement il y eut douze bateaux construits sur ce plan, chacun avec quelques particularit√©s."


Roy Clough et un de ses Classes M

Le classe M se d√©veloppe rapidement aux USA et de nombreuses √©preuves sont organis√©es sur la Côte Ouest, r√©unissant 50 √† 60 bateaux. La classe est adopt√©e par l'AMYA, puis par la f√©d√©ration allemande, qui organise en 1936 une r√©gate de d√©monstration √† la fin des JO de Berlin (10 pays √©taient invit√©s). Le Cheerio I de John Black remporte cette premi√®re course internationale de classe de M.
La conception est int√©ressante parce qu'elle essaye de maximiser la longueur √† la flottaison et de maintenir toujours une forme ressemblant √† ses grands a√ģn√©s.


Voici John Black et son bateau Cheerio I
sur le dock à Hambourg en 1936


Plan de Cherio 2, successeur de Chério 1 vainqueur à Hambourg

2- Le Classe M et la voile libre

En 1937, à l'occasion du meeting de l'IMYRU √† Fleetwood, le M est adopt√© comme classe Internationale. Le d√©veloppement est relativement faible en Europe, seulement 100 bateaux enregistr√©s en UK en 1939, contre plus de 1000 aux USA.

Avant 1950, on a peu de renseignements sur le dessin des M, quelques plans ont été conservés, mais on n'est pas sur que ce soit les dessins des bateaux les plus impliqués dans la compétition. La tendance générale des premiers M était une longueur à la flottaison de 40 pouces, largeur 9 et tirant d'eau 7, pour un lest de 9 livres et un déplacement de 13 à 16 livres, gréement de 60 pouces de hauteur et rapport foc/GV 25/75. Progressivement la longueur à la flottaison s'est allongée jusqu'à 49 pouces, largeur 12 pouces, déplacement dépassant 20 livres avec 77% de lest et un tirant d'eau à 13 pouces, tirant d'air 70 pouces. Tandis que la quille longue caractéristique des voiliers de l'époque se transforme progressivement en aileron plus fin bien que le lest reste intégré dans l'épaisseur de la quille. Cette période a également été marquée par l'apparition des gouvernails automatiques (vane) et des systèmes auto vireurs qui ont sensiblement modifiés la pratique de la voile libre.


Quelques plans et schéma de voile libre

Apr√®s 1950, l'Europe essaie de rattraper son retard pris sur les Am√©ricain en raison de la guerre. L'apparition de voiles en tissus synth√©tique √† la place de la soie ou du coton, augmente de 15% l'efficacit√© des gr√©ements et entra√ģne l'√©largissement des car√®nes et une augmentation du d√©placement pour assurer la stabilit√© dans la brise: d√©ja les probl√®mes d'enfournement au portant, d'autant que en voile libre le spinaker etait autoris√©. En d√©pit de l'adoption de forme planante, les d√©placements restent tr√®s importants. Enfin la fin des ann√©es 50 voit la naissance des coques en fibre de verre.


Quelques images de Classe M en voile libre au cours des époques

De 1960 à 1970 les quilles sont progressivement remplacées par des dérives avec bulbe, l'abaissement du lest permettant enfin de diminuer le déplacement et d'augmenter les hauteurs de mat pour le petit temps : 110 pouces (2794mm !!!) avec des mats alu haubanés. R Stollery affine l'utilisation de la fibre de verre et descend le poids des coques à 3 livres au lieu des 5 à 7 livres d'un bateau en bois. Pour s'adapter au vent il est utilisé jusqu'à 5 gréements maxis (800sqin) et des surfaces réduites. Ce n'est qu'en 1971 que les règles sont modifiées, limitant le nombre de gréement à 3 (avec 3 surfaces par gréements) et la hauteur du plus grand à 85 pouces (arrondi aujourd'hui à 2160mm). Les carènes évoluent pour suivre les formes planantes optimum et les francs-bords avant augmentent pour limiter l'enfournement au portant (6 pouces pour le Bloodaxe de RS).

Le premier et unique Championnat du Monde de M en voile libre a eu lieu à Fleetwood en 1975 avec 24 participants dont 21 anglais, les 3 "étrangers" finissant au 3 dernières places.

Pour mémoire 1 pouce = 2,54 cm et 1 livre = 453 grammes

3- L'arrivée de la radio-commande

Le premier article décrivant un voilier radio commandé est daté du 10 sept 1934 dans le "Boston Traveler" (http://www.swcp.com/usvmyg/radio/radio.htm). Le voilier était controlé par un unique bouton poussoir qui agissait sur un sélecteur permettant d'actionner soit le treuil soit le servo de barre, une poussée incrémentait le sélecteur d'un cran , 2 poussées ramenaient le sélecteur au zéro.


Besoin d'un petit schéma !

Jusqu'en 1970 la radio commande était réservé au classe A en raison de son encombrement et du poids de ses batteries. A la fin des années 60, la démocratisation et l'amélioration des équipements radio ont permis de commencer leur installation sur des M en dépit d'un poids d'environ 1Kg dû principalement aux batteries et au winch.
La radio commande a permis les courses en flottes autour de bouées en utilisant les règles de courses à la voile, mais elle a également profondément modifié la conception des bateaux. En effet, le bateau pouvant être manœuvré à volonté ne craint plus les contacts violents avec un concurrent ou ceux encore plus redoutables avec les berges du plan d'eau.


Une régate de classes M radio-commandés

Dans un premier temps l'habileté du skipper à mener son bateau et à utiliser les règles a fait passer au second rang les qualités du voilier, ce qui heureusement n'a pas découragé les architectes qui ont continué à améliorer les carènes.

A partir de 1980, l'usage du carbone et du kevlar a permis de descendre le poids des coques en dessous d'une livre, voiles en mylar et mats en carbone : le bateau en ordre de marche pèse 10 à 12 livres, pour 9 de lest.

Toutes ces améliorations, réduction du poids des coques, des gréements, des voiles et des radio, font que les M radio commandés sont beaucoup plus léger que les M voile libre et ont un rapport de lest plus faible (70%) mais sont plus raide à la toile en raison de l'augmentation importante de leur tirant d'eau.

4- L'évolution du Classe M en Allemagne et aux USA

Aux Etats-Unis et au Canada, l'influence des petits airs impose des surfaces mouillées minimaliste : bateaux étroits avec des sections très rondes, dérives profondes et petits lests. Ces dessins sont en fait annonciateurs de nos bateaux actuels.


Plans américains des années 80

En Allemagne, le devant de la scène est occupé par Lupart et ses Anja et Janus Walicki et ses Skalpel. Ils sont caractérisés par des formes peu profondes, des grandes dérives et des déplacements légers. Mais surtout ils sont dotés d'un accastillage remarquable de précision qui leur permet d'utiliser au mieux le moindre souffle d'air. On verra que les dessins de Walicki actuels ont évolué vers quelque chose qui ressemble beaucoup au Skinny de Johnson en1989.


Plans allemands des années 80


Un scalpel tout carbone (Merci Patrick !)

5- L'évolution du Classe M en Angleterre

Les premiers classes M Radio-Commandés sont des " vane " l√©g√®rement modifi√© En 1974 a lieu le premier championnat MYA, tr√®s peu des 27 participants sont dessin√©s pour la radio, mais ces d√©placements l√©gers l'emportent facilement.
La conception des bateaux est marquée par le climat anglais, assez venté. Ce qui amène les architectes a dessiné des bateaux à forme planante, bien équilibrés, avec un tirant d'eau et un lest important. De même pour compenser l'absence de spi, la taille des focs est augmentée.
Les dessins les plus marquant sont de Geoff Drapier (SailplaneII, Moonraker, RM1000), David Hollom (Ashanti), Chris Dicks( 247), Roger Stollery (Bee) et enfin Graham Bantock (No Secret, Paradox….)


Quelques plans anglais

6- L'évolution du Classe M en France

A l'inverse, les Français, naviguant surtout sur des plans d'eau intérieurs en général peu ventés, utilisent des déplacements légers peu équilibrés. Le Flo-Flo, dessiné en 1975 par un Américain expatrié en France: Grant, devint fameux entre les mains de Pierre Jahan sous le nom de Concombre Masqué.

Le bateau d√©pla√ßait 12 livres dont 7 de lest pour un ma√ģtre bau de 12 inches et √©tait tellement instable qu'il fallait une position de pied de mat diff√©rent pour chacun des 3 gr√©ements. Jahan en disait qu'il √©tait si difficile √† barrer que c'√©tait un bon bateau pour apprendre.


Plan de forme de Comcombre masqué

Les bateaux de Jahan (ConcombreMkII, Duva et Déjah) et Paul Lucas (série des Cédar) étaient large, peu profond, légers et pas particulièrement bien équilibré mais efficace dans les petits airs. Les deux ont évolué vers une conception plus English (bateaux étroits, équilibrés et plus lesté) sous l'influence combinée des rencontres internationales et du développement des clubs sur le littoral avec des conditions de vent plus musclées qu'à l'intérieur. En 86 au CM de Fleetwood le Rajah et le Cédar Club font 1er et 2ème.


Quelques plans français

7- Le Présent et l'Avenir ?

Depuis de nombreuses années le Classe M est une classe active et innovante. L'utilisation des matériaux composites pour les coques, les grééments et les voiles sont choses courantes de nos jours et les plans des bateaus se diversifient avec l'arrivée de nombreux plans de passionnés qui naviguent sur leurs propres créations.

L'avenir du Classe M semble assuré et le spectacle est garanti !

 

Bernard Merlaud - Yann DELUY